dima
  • Ola, Alia, Vincent & Michelle

    2013

    Être demandeur d’asile avec une lourde histoire ne suffit pas à obtenir une autorisation de séjour, et le passage devant l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), reste une épreuve difficile. La plupart des demandeurs sont recalés pour « récit stéréotypé », « manque de spontanéité à l’oral », « absence de personnalisation ». [...] Le nombre de demandes d’asile devant l’Ofpra est en constante augmentation depuis 2007, atteignant 40 654 premières demandes en 2011. Tous ne prêtent pas une attention suffisante à la préparation des dossiers, faute d’interlocuteurs, et restent impuissants à faire partager la singularité tragique de leur parcours.

    Le Monde